V2.9_170126

Témoignage de Frédérique Leroy

Chanteuse et comédienne, également pédagogue, j'avais jusque là appréhendé le corps au travers de disciplines telles que la danse (autrefois pratiqué à outrance et via techniques et styles très variés), puis le yoga et plus récemment le Qi Gong. Le théâtre et plus encore peut-être le chant ont encore tissé, modifié, affiné la perception que j'ai de mon corps.

Depuis quelques mois, je découvre avec Cécile Rist une approche très nouvelle pour moi et qui bouscule à nouveau mes acquis: la technique Alexander.
J'ai parlé de rapport au corps. Une des premières choses que je découvre lors des leçons d'Alexander, c'est qu'il ne s'agit pas exclusivement d'un travail sur le corps. Et d'ailleurs, même le mot "travail" semble inapproprié, en fait tous les mots que j'utilisais jusqu'alors semblent soudain inappropriés. La technique Alexander ne sépare pas le corps de l'esprit puisque "tout ça, c'est nous-même". Une conception qui convient bien à la chanteuse et professeur de chant que je suis car si je suis parfois confuse dans ma vie quotidienne, mon métier m'enseigne comment l'esprit agit sur le corps et inversement.
C'est principalement cette notion qui domine pour moi dans ce que je reçois de la technique A.
Plus précisément, je découvre et m'étonne à chaque fois qu'une certaine forme d'aisance et d'harmonie semble s'emparer de mon corps comme par magie du "simple"fait de l'avoir pensé, conscientisé autrement.

 

Aller au haut