V2.9_170126

 

3. Le travail en activité

On retrouve les mêmes préoccupations que lors du travail debout/assis dans des activités de la vie quotidienne ou professionnelle : marcher, courir, sauter, monter/descendre un escalier, travailler derrière un ordinateur, porter une charge, bricoler, jardiner, parler, chanter, jouer d'un instrument, danser, conduire, écrire, etc. La nécessité d'un déplacement spatial, la sollicitation extérieure ou l'idée d'un objectif à atteindre sont autant de facteurs qui augmentent la pression pour l'élève. L'engagement physique, l'investissement émotionnel sont tels que souvent l'élève perd la conscience de lui-même en mouvement. Sous l'œil, les paroles et les mains du professeur, l'élève, attentif à lui-même autant qu'à la qualité de sa tâche, fait l'expérience d'une présence ouverte qui participe à la fluidité de son équilibre et à son potentiel d'adaptation. A travers ses expériences, il s'émancipe de sa dépendance aux conditionnements, et devient capable d'intégrer de nouveaux repères qui permettent un meilleur niveau de coordination et de fonctionnement, et par voie de conséquence, une amélioration de ses performances.

 

 

Aller au haut