V2.9_170126

 

2. Le travail allongé

Selon le but recherché et les moyens à mettre en place, il s'utilise après ou avant la pratique sur chaise. Lors de ce travail, l'élève est allongé sur le dos, jambes repliées, genoux vers le plafond et pieds au sol. Cette position d'avantage mécanique permet la prise de conscience des différentes parties entre elles, organisées comme un tout, en intégrant la force de la gravité comme celles des supports externe et interne. L'élève peut alors clairement distinguer son activité attentionnelle de son activité de repos physique pour les éprouver sous forme de mouvement - orientations spatiales ou présence au monde pour l'attention et ajustements sensibles qui en découlent pour la régulation tonique - et les coordonner (les ordonner ensemble), à travers les directions qui sous-tendent la stabilité de cet équilibre. Le plein contact avec le support (table ou tapis de sol) permet une meilleure conscience de toute la longueur et la largeur du dos, d'en établir des liens logiques, et d'en intégrer les principales orientations. Il ne s'agit en rien d'une relaxation mais d'un repos en activité. L'élève apprend à rester calme (non-réactivité) tout en s'envoyant des messages directifs (pensée en activité) qui soutiennent un état tonique d'expansion. Plus le travail avance, plus les directives s'affinent.

Aller au haut