V2.9_170126

Les directions

Ce que F.M. Alexander appelle directions, sont des pensées actives qui guident le mouvement.

Il propose comme directions primaires les trois petites phrases décrivant le contrôle primaire. Ce sont pour lui après l’inhibition, les premières intentions à se donner car elles organisent d’après lui la bonne marche de la suite de la coordination. Il invite ensuite à se donner des directions secondaires qui correspondent à chacun et qui varient en fonction de l’usage de chacun.

Nous parcourons dans une leçon, l’observation d’un usage spécifique de l’élève par rapport à certaines parties du corps en relation à l’usage global.

Lors des leçons, nous observons l’usage spécifique que l’élève entretient avec certaines parties du corps en relation à son usage global.

Les directions ne sont donc pas uniquement des directions d’orientation dans l’espace. Il s’agit de pensées actives, donc de construction imaginaire du mouvement.

L’appréciation sensorielle non fiable

Sous ce « jargon » se cache une chose assez simple : souvent, nous croyons faire quelque chose alors qu’en réalité́, nous accomplissons une action différente. En particulier, notre perception de la position de notre corps dans l'espace peut être trompeuse. Si on nous demande par exemple de placer nos pieds en parallèles et non pas en « v » comme nous pouvons en avoir l’habitude, nous aurons fortement l’impression, « la sensation », que nos pieds sont plutôt tournés vers l’intérieur, en dedans. Ce ne sont pas les sensations elles-mêmes qui sont à remettre en cause, mais l’appréciation que nous faisons de ces dernières pour notre usage. ainsi notre capacité de nous défaire d’une habitude sensorielle ( pieds en « v » ou encore sensation de manque, etc ), nous permet de faire un pas hors du cercle de l’habitude. En ne répondant pas immédiatement à la sensation qui survient, nous créons un hiatus dans la chaîne stimulation/réponse. Autrement dit, nous pouvons nous donner le temps de ressentir avant d’agir, ou encore de peser notre action, pour développer notre capacité de choix et de nouvelles manières de faire. 

L’attention consciente

L’attention consciente est un principe utilisé dans la technique F.M. Alexander de façon très régulière. Nous stimulons l’attention de l’élève par le toucher et la parole de manière à ce qu’il ouvre celle-ci sur des espaces de son corps ignorés, ou sur l’espace autour de lui ou bien encore sur des types de réponses proposées. L’attention est un outil indispensable au mouvement et à notre relation au monde. C’est en apprenant à l’utiliser et à la stabiliser que la transformation de nos habitudes devient plus facile.

Aller au haut